LA FILLE SUR LE PONT



DIALOGUE 1

La psychologue (voix off) : Allez-y Adèle racontez-nous ...

Adèle : Ben je suis ...

La psychologue : Vous avez 22 ans ...

Adèle : Non, je vais les avoir.. c'est dans 2 mois ...

La psychologue : Et vous avez arrêté vos études très tôt pour rentrer dans la vie active. C'est bien ça Adèle ?

Adèle : Oui, c'était pas tellement pour rentrer dans la vie active, c'est parce qu'à l'époque j'avais rencontré quelqu'un. C'est pour être avec lui que j'ai arrêté mes ... que je suis partie de chez moi ... je préférais vivre avec un garçon qu'avec mes parents alors lorsque ça s'est présenté, j'ai sauté dessus, enfin sur l'occasion

La psychologue : C'était un besoin de liberté ?

Adèle : De liberté, je sais pas. C'était surtout pour coucher avec lui parce que quand j'étais plus jeune, je me disais que la vie devait commencer le jour où on fait l'amour alors sans ça on est rien alors le premier qu'à eu envie de le faire j'suis partie avec lui pour qu'on soit que tous les deux, que ma vie commence ... mais le problème c'est que ça a pas très bien commencé ...

La psychologue : Vous ne vous entendiez pas avec ce garçon ? Pourquoi est-ce que ça n'a pas bien commencé ?

Adèle : Parce que c'est toujours comme ça avec moi, ça commence mal et ça finit encore plus mal, je tombe jamais sur le bon numéro. Vous savez les papiers collants qu'attirent les mouches en spirale, ben c'est moi craché, les histoires moches, y'en a pas une qui me passe à côté ...
Faut croire qu'il y a des gens comme ça qui font aspirateur pour pouvoir soulager les autresJe tombe jamais sur le bon numéro ... Tout ce que j'essaie ça rate, tout ce que je touche, ça se transforme en vacherie

La psychologue : Comment vous expliquez ça Adèle ?